Planches De Surf

La discipline mère de la génération glisse n’a plus besoin d’être présentée. Son histoire, ses figures, et ses mythes sont devenus des bases incontournables de la culture ride en général. Pourtant ces dernières années, la technologie est en train de changer la façon de concevoir et de penser une planche.

On pourrait vous parler des nouveaux grips, des nouveaux ailerons et des nouvelles formes à la mode pour cette saison 2006. Mais l’heure est trop grave pour se perdre dans les détails. Le surf est un train de voir arriver une lame de fond qui risque de changer profondément son âme et sa culture. Depuis une dizaine d’année, on avait pris l’habitude de voir que des planches de surf “custom“ et quelques planches industrielles vides et sans âmes.

Désormais divers projets de technologies ont vu le jour :


Tuflite par Surftech, Super Durable E2 Epoxy par NewSurfProject (NSP pour les intimes), ou encore S-Core par Salomon. Autrement dit une nouvelle génération de pains de mousse et surtout une nouvelle façon de concevoir la board de surf. D’un côté (type NSP ou Tuflite) on va retrouver des pains de mousse de polystyrène, plus légers et renforcés par de nouvelles technologies epoxy plus solides et plus denses, et de l’autre (technologie s-core) des "pain de mousse" à la fois creux et muni de renforts, les longerons intérieurs sont enserrés dans une coque qui est elle même recouverte d’une mousse à haute densité de couleur bleue.

Les avantages sont multiples : le poids de votre nouvelle planche de surf est désormais inférieur à celui d’une planche traditionnelle (moins de deux kilos pour une planche avec les dérives), elle est plus solide et résistante en cas d’impact, il est également possible de doser la rigidité de la planche, et enfin un autre avantage réside dans le fait que le temps de “shape“ est raccourci. Cette révolution est non seulement une alternative aux purs surfs customs, mais aussi aux planches industrielles complètement fades et rigides.

Certains reprochent encore un prix un peu élevé, un manque de souplesse de la planche hors conditions idéales, et un manque d’âme puisque la planche unique façonnée par un shapeur sur mesure laisse moins de place à l’improvisation. Toutes les révolutions ont mis du temps à s’imposer. Sur que le “custom“ ne sera jamais mort, mais ces boards seront sans aucun doute les planches du futur. Et il vous faudra désormais vraiment vous acharner sur votre planche pour la briser en deux !


Air France / KLM taxe les planches de surf

Mardi 30 mars 2010

Les surfeurs doivent payer pour faire transporter leurs planches  de surf avec certaines compagnies aériennes. Photo Aquashot.

Il semblerait que les surfeurs qui empruntent les vols d’Air France aient du souci à se faire pour leur budget surf trip… En effet, en plus du prix du billet, ils pourraient avoir à payer un supplément de 200 euros à l’aller ET au retour pour avoir le droit de faire transporter leur board en soute au départ et vers certaines destinations.

Cette nouvelle taxation, tarification plus exactement, est entrée en vigueur le 28 Mars 2010. Sur le site Internet d’Air France, on peut effectivement lire que l’on doit limiter le poids et la taille de notre bagage qui ne doit pas faire plus de 158 centimètres (hauteur + longueur + largeur) et 23 kilos de poids. Les bagages avec des dimensions supérieures à 158 cm impliqueront d’acquitter un supplément.

Les bagages spéciaux comme les planches de surf, les planches à voile, le matériel de kite-surf ou encore les bodyboards sont assimilés à un bagage. Leur transport est inclus dans la franchise bagages. Au-delà de la franchise, et dans une limite de 23 kg par équipement, une somme forfaitaire de 200 €* est appliquée par vol.

La somme forfaitaire est de :
- 200 USD au départ des Etats-Unis, du Mexique et de La Havane,
- 200 CAD au départ du Canada.

Pour les planches de dimensions supérieures à 107 cm (autant dire toutes les planches de surf !!!),  une somme forfaitaire* s’applique automatiquement :

- 20 € pour les vols en France métropolitaine ;
- 70 € pour les vols en Europe, ou de l’Europe vers l’Afrique du Nord et Israël ;
- 200 € pour les autres vols.

Autrement dit, pour un surf trip au Mexique avec Air France, il faudra payer 200 euros à l’aller et 200 euros au retour, soit 400 euros au total pour transporter sa planche de surf.

Une pétition est en ligne pour protester contre cette taxation des planches de surf : http://www.ipetitions.com/petition/notonewairfrancebaggagerule/

Si ces infos se confirment, il n’y aura plus qu’à partir sans planche de surf, en acheter une sur place puis la revendre avant le départ. Cela coûtera toujours moins cher que 400 euros…

* Tarifs aller simple valables sur les vols AIR FRANCE et KLM,  Kenya Airways et Martinair.

Plus d’infos : Air France .

Google Earth Ocean : Google se met au surf !

Mercredi 10 février 2010

Dans la dynamique du film-événement Océans, le moteur de recherche Google a décidé de nous faire redécouvrir l’Océan grâce à son outil Google Earth. Les surfeurs se sont appropriés Google Earth depuis quelques temps déjà pour découvrir de nouveaux spots de surf difficilement accessibles. (Cf. le Google Earth Reader Challenge de Surfing Magazine qui propose aux internautes de les emmener sur place s’ils découvrent une nouvelle vague parfaite grâce à Google Earth.)

Il suffit de se connecter sur http://earth.google.com/ocean/showcase/ et de télécharger le plug-in de Google Earth 5, si ce n’est pas déjà fait pour découvrir ces nouvelles fonctionnalités.

Pour les surfeurs, allez directement à l’application « Surf Spots » proposée en partenariat avec le site Internet Wannasurf. Une vidéo se lance pour nous faire (re)découvrir les meilleurs spots de surf du monde : Pipeline, Mavericks, Puerto Escondido, ( »considérée comme l’un des meilleurs beach break du monde avec Kirra et la Gravière en France » d’après la voix-off féminine, mais la vague de Kirra ne vaudrait plus grand-chose si l’on en croit Mick Fanning… ), Chicama au Pérou, Mundaka au Pays Basque, Hottentot Bay en Namibie (une gauche parfaite située sur une propriété privée de mines de diamants…), Jeffrey’s Bay, Uluwatu, Teahupoo, Raglan, Red Bluff en Australie de l’Ouest. Pour chaque spot, on a donc droit à une petite présentation audio avec les caractéristiques de la vague et ses dangers, et à une photo en cliquant sur l’icône de la vague Wannasurf.

Cette présentation de 5 minutes n’apporte rien de vraiment nouveau et n’apprendra pas grand-chose aux surfeurs qui connaissent déjà, mais cette vidéo est une bonne introduction au monde du surf, pour ceux qui veulent le découvrir et qui maîtrisent l’anglais. Il s’agit en tous cas d’une excellente publicité pour nos collègues de Wannasurf ! Il est quand même impressionnant de voyager de la sorte à vol d’oiseau d’un spot légendaire à un autre : cela donne presque l’impression de pouvoir se télétransporter d’un spot à l’autre. Ah ! Si je pouvais être en Australie à l’heure qu’il est….

La planche de surf Google surfboard insolite al merrick mr

Vous pourrez aussi explorer l’Océan avec la narratrice Sylvia Earle, l’exploratrice de National Geographic, qui nous emmène à travers les océans du monde pour y découvrir à chaque étape des photos, des vidéos Youtube, des reportages de toute beauté. Le Monterey Bay Aquarium Research Institute présente l’environnement, les fonds marins et la faune aux alentours de Mavericks. Découvrez les épaves échouées aux quatre coins du monde avec Shipwreck Central. Les meilleurs spots pour la plongée sous-marine vous sont présentés par Wannadive.net. Vous pourrez enfin visiter les fonds marins ou les grands lacs grâce aux informations de la NOAA, de l’US Navy,…5% des fonds marins ont été explorés : Google vous propose de découvrir le reste avec Google Earth Ocean…

Pour les geeks, vous pouvez utiliser depuis peu l’application « earth surfer » pour surfer sur Google Earth avec une Wii Balance Board ,comme nous l’explique David Phillip Oster sur cette vidéo Youtube. A quand le surf virtuel avec une console Wii sur de vraies vagues ??? Avec cette technologie, on devrait bientôt y arriver. Vous vous télétransporteriez ainsi virtuellement sur le spot de votre choix et vous pourriez surfer pour de faux de vraies vagues, sans gêner les vrais surfeurs…Vous me suivez ?

Ryobi : des outils pour surfeurs anti-SUP…

Mercredi 27 janvier 2010

Vous savez ce que je pense du SUP : c’est la meilleure variante du surf et un beau jour tous les surfeurs auront compris qu’on s’éclate plus sur un Stand-Up Paddle que sur une petite planche. En attendant, les surfeurs avec des petites planches sont jaloux des surfeurs avec un SUP qui s’amusent plus, prennent 10 fois plus de bonnes vagues et qui peuvent les suivre beaucoup plus longtemps !  8-)

Ryobi, une marque d’outils pour le jardinage et le bricolage, a bien compris cette animosité ambiante sur les spots de surf et l’a exploitée pour une campagne de publicité qui fait déjà le buzz dans le milieu. Le fantasme du shortboardeur aigri est ainsi réalisé avec la destruction du matériel d’un adepte du Stand-Up Paddle…

C’est de très mauvais goût et surfistiquement incorrect mais l’idée est originale et bien marrante. Le slogan : « Ryobi : Tools for Surfers » (des outils pour les surfeurs). Petit conseil : n’embêtez pas un stand-up paddler armé d’une pagaie en carbone affûtée…

RYOBI planche de SUP stand up paddle et pagaie découpée en  plusieurs morceaux par les outils tools for surfers

Il existe aussi une version avec un canoë-kayak .

En savoir plus sur Ryobi sur le site Internet .

Ryobi® est l’une des marques les plus dynamiques et les plus complètes en matière d’outils électroportatifs et stationnaires : ses produits allient confort d’utilisation, innovation et un excellent rapport qualité-prix qui caractérise la marque.

Livetool Indicator™, GripZone™, DustTech™… autant de nouvelles fonctions qui rendent le bricolage et le jardinage plus simple et plus convivial.

Au-delà du strict respect des normes anti-pollutions actuelles dans la conception de ses produits, Ryobi participe au respect de l’environnement en se conformant aux normes de sécurité européennes, reconnues parmi les plus sévères, comme les directives DEEE et RoHS.

Anthony « Buttons » Harouet : Soul Surfer !

Mercredi 30 décembre 2009

Dans le Best-Of de cette année 2009, il y a évidemment eu de grands moments de free surf.

Le free surfeur par excellence est représenté par Tony Harouet, qui se trouve être mon beauf !

Il ne surfe pas pour enchaîner des rollers comme un automate mais pour profiter de ce que peut offrir une vague.

Glisse, carve et tube en option.

Il a vraiment développé son surf quand il a découvert les planches de surf « Single Fin » ( il a débuté sur la Lightning Bolt de mon père ) : preuve que les planches de surf ultra-fines à 3 dérives que l’on trouve en surf shop ne conviennent pas à tout le monde.

Depuis il privilégie les planches qui favorisent la glisse la plus pure sur la vague : le renouveau des planches type « alaia » ne l’a pas laissé indifférent.

Voici les images de son dernier trip au Timor en Indonésie en avril 2009.

Musique : Skeleton Boy par Friendly Fires.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×